Le Sénégal a désormais sa propre énergie d’origine éolienne. Le parc éolien de Taïba Ndiaye, à une centaine de kilomètres au nord de Dakar, vient d’être connecté au réseau via la compagnie nationale Sénélec. C’est le premier projet d’énergie éolienne à échelle industrielle au Sénégal.

Le Sénégal a désormais sa propre énergie d’origine éolienne. Le parc éolien de Taïba Ndiaye, à une centaine de kilomètres au nord de Dakar, vient d’être connecté au réseau via la compagnie nationale Senelec. C’est le premier projet d’énergie éolienne à échelle industrielle au Sénégal.

« Aujourd’hui, c’est 40 mégawatts mais à terme 150 mégawatts. On parle de 15% de la capacité du réseau » affirme Yassine Majdallah, le directeur de de la centrale construite par l’entreprise britannique Lekela.

Le projet fait partie du Plan « Sénégal émergent » du gouvernement, qui veut diversifier son mixe énergétique. Le coût total de l’installation est de plus de 340 millions d’euros. Yassine Majdallah suit la production en direct sur son ordinateur.

Il a fallu plus de 10 ans de développement avant de lancer le chantier. Sur le site, il y avait alors des champs et il a fallu dédommager les agriculteurs.

En plein débat sur le prix de l’électricité au Sénégal, les promoteurs de la centrale assurent que plus de deux millions d’habitants pourront bénéficier de cette énergie créée par le vent, si les infrastructures électriques de la Sénélec peuvent s’adapter.

À LIRE  Mines et industries extractives au menu de la 20ème mission Multisectorielle du CAD