La grande île de Gran Canaria, offre désormais une destination médicale avec les pays africains pour perpétuer le tourisme de santé, l’un des plus anciens du monde.

“C’est une île de la santé et du bien-être avec une grande offre d’infrastructures hospitalières mise en place pour traiter différentes affections et aussi comme une autre alternative au tourisme conventionnel”, a expliqué la directrice des relations internationales de l’Hôpital Perpetuo Socorro (HPS) de Las Palmas, Dr Brigida Mendoza.

L’hôpital accueillait à l’initiative de l’Association “Gran Canaria Spa, Welness and Heath” dont l’hôpital est membre, un groupe de journalistes en santé du Sénégal pour une visite de différentes structures sanitaires de “dernière génération avec des professionnels médicaux de grande expérience”.

Première étape de la visite, la grande bâtisse située au cœur du centre-ville de Las Palmas, en face du port, de part et d’autre des rues Leon de Castillo et présidente Alberto, est construite sur huit étages, avec chaque niveau dédié à une spécialité médicale.

L’Hôpital Perpetuo Socorro (HPS) accueille ainsi différentes nationalités africaines, mais également européenne pour la “grande expérience et la technologie de pointe utilisée dans tous les services allant de l’ophtalmologie, à la radiologie en passant par l’orthopédie, la médecine du sport, la gynécologie entre autres”.

C’est pourquoi, une convention a été signée avec les autorités sénégalaises à travers le ministère de la Santé et de l’Action sociale et le ministère de la Fonction publique en 2018 pour les évacuations sanitaires d’agents de l’Etat en cas de besoin.

Cela pour “offrir les meilleures prestations médicales pour les cas nécessitant une évacuation sanitaire dans ces structures de santé à moindre coût”, a expliqué Dr Mendoza.

À LIRE  Le Japon fait un don de 2,4 milliards au Centre de formation CFPT

Il s’agit d’un service médical “efficace adapté aux besoins de la population résidente et étrangère », selon la directrice médicale internationale, Dr Mendoza. D’où, une “orientation claire et ferme consacrée au service et aux soins à la personne avec un investissement dans la technologie et l’infrastructure”.

“Le fait de se déplacer à l’étranger pour bénéficier de soins médicaux peut être source d’incertitude, d’où la volonté pour l’hôpital de lever toutes les barrières linguistiques ou culturelles pour que les patients qui viennent d’autres pays se sentent comme chez eux”, a-t-elle confié.

En effet, 20% des patients reçus dans l’hôpital viennent des pays de la côte africaine avec en tête, la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Bénin, entre autres.

Les différents services interconnectés sont équipés de technologies de dernière génération avec une gestion administrative numérisée pour tous les dossiers des patients, a expliqué le chef de Service radiologie, Dr Victor Sanchez Martin. Parmi ces patients, un grand nombre d’étrangers est répertorié, notamment pour les examens de radiologie.

“C’est mon troisième séjour dans l’île pour faire mon bilan de santé annuel et le second pour ma maman qui m’accompagne pour un contrôle post-opératoire”, a confié l’un des patients. L’accent est mis également sur la médecine préventive avec des techniques novatrices visant à préserver la santé des personnes moyennant une vaste gamme de contrôles médicaux.

Plus de 188 000 visites médicales, 99000 urgences et 11000 interventions chirurgicales sont réalisées chaque année par près de 700 professionnels dans un espace qui abrite plus de 200 lits, 7 blocs opératoires avec des équipements médicaux spécialisé. -APS-

À LIRE  3è édition du Forum des panafricaines : Le rôle des médias face à l’urgence climatique en Afrique

www.hpshospitales.com