Sur l’île de Ngor, se trouve la villa Keur Bibou, au milieu d’un petit jardin tropical. Elle abrite la collection d’un passionné d’art africain et une aile sera bientôt transformée en galerie.

Derrière cette collection pittoresque, se cache Michel Montesinos, ancien grand reporter et passionné d’art tribal. Ayant parcouru le monde, dont plus de vingt pays d’Afrique, Michel Montesinos a durant toutes ces années, collectionné des objets d’art africains.

Il a notamment travaillé pour l’organisation Connaissance du Monde, pour laquelle il réalisera un reportage sur l’Alaska, puis un autre sur le Kenya. Michel a aussi publié plusieurs livres, sur le Maroc et l’Afghanistan. Plus tard, membre de l’association Les grands explorateurs, il a tourné une quinzaine de films. Ses deux derniers portaient sur la Russie et la Sibérie.

Ensuite, il se lance dans le milieu de la nuit dans le Sud de la France et ouvre une galerie d’art à Antibes, puis à Marrakech. Il y a quelques mois, Michel Montesinos a décidé de réunir sa collection d’art, composée de près de 2000 pièces, sur l’île de Ngor et de la rendre accessible au public. Avec le Sénégal, c’est une histoire qui dure depuis le début des années 70. Il y a son fils adoptif, Abib Fall, natif du village de Ngor, et il a fait construire dans les années 2000 la villa Keur Bibou, qu’il est d’ailleurs possible de louer et dont une partie est réservée à sa collection. Aujourd’hui, Michel vit entre Nice et Ngor.

La collection présentée est très hétéroclite, avec des objets de 24 pays différents. Beaucoup proviennent de pays d’Afrique (Gabon, Mali, Sénégal, Kenya…) mais aussi d’Asie. Avec sa collection, il a participé à plusieurs expositions à Monaco, Casablanca ou encore New York. Un travail d’agencement par thèmes ou par ethnies est en cours.

À LIRE  LE PARTCOURS REVIENT POUR SA HUITIÈME ÉDITION

Le petit journal—