La Ministre de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire, Zahra Iyane Thiam, a présidé, hier mardi, l’Atelier de mise en place du réseau des acteurs et collectivités territoriales pour l’économie sociale et solidaire. Elle a saisi l’occasion pour annoncer l’élaboration en cours de la loi d’orientation sur l’Économie sociale et solidaire.

Le réseau des acteurs et collectivités territoriales pour l’économie sociale et solidaire (Ractes) a été mis sur pied, hier, à Dakar. La Ministre de tutelle, Mme Zahra Iyane Thiam Diop a soutenu que ce réseau formel, qui est à but non lucratif, vise à promouvoir l’Économie sociale et solidaire (ESS) dans les politiques économiques locales et nationales pour un système économique plus résilient, durable et inclusif. ’’Pour faire face à des défis majeurs en termes d’inclusion sociale et territoriale, il y a lieu de mettre en place une stratégie bien réfléchie des collectivités territoriales pour mener à bien un développement local et économique, inclusif et durable’’, a-t-elle dit. Selon, le Ministre de la Microfinance, son Département va mutualiser ses efforts avec ce réseau pour proposer aux citoyens de meilleures perspectives.

Sur ce, il est envisagé de porter ensemble certains chantiers comme l’élaboration de la loi d’orientation pour l’Economie sociale et solidaire, mais également revoir les mécanismes de financement et de soutien.

“Le Sénégal a connu ces dernières années une croissance remarquable, grâce à la montée de l’investissement dans les infrastructures. Mais cette dernière reste fragile en raison des conditions climatiques et de la forte progression démographique”, a-t-elle ajouté, en insistant sur le fait que cette croissance n’empêche pas un taux de chômage élevé. Par ailleurs, le Ministre Zahra Iyane Thiam Diop aussi a rappelé que le Ractes est un premier partenaire stratégique parce qu’il a l’avantage d’avoir en son sein des représentants des collectivités territoriales, dont 557 communes et départements du Sénégal qui seront impactés.

À LIRE  LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT FINANCE LE PROJET DE FEMMES ET JEUNES