Selon l’analyse du Financial Afrik; Le Sénégal affiche un taux de mise en œuvre des réformes de 77,9% en 2017 contre 75,5% en 2018, soit une progression de 2,4 points, a annoncé, jeudi 21 novembre, la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

À l’issue de l’évaluation de la 5ème revue annuelle des Réformes, Politiques, Programmes et Projets communautaires de l’UEMOA , l’instance a également révélé d’autres indicateurs sur les réformes au Sénégal.

Au titre de la gouvernance économique et convergence, le taux moyen de mise en œuvre des réformes s’est situé à 89,7% en 2018 contre 87% en 2017, soit une progression de 2,7 points.

« Les résultats sont satisfaisants, toutefois le Sénégal doit faire des efforts supplémentaires pour combler le gap de plus de 20% de l’effectivité de la mise en œuvre des réformes », a déclaré Abdoulaye Daouda DIALLO, ministre sénégalais des Finances et du Budget.

L’argentier de l’Etat a souligné que dans un contexte de régionalisation et de globalisation avec notamment la mise en œuvre de la ZLECA, les Etats ont l’obligation d’accélérer la mise en œuvre des réformes.

Évoquant le volet financier , le président de la commission de l’UEMOA , Aballah Boureima , a informé que la revue 2019 a également porté sur quatorze (14) programmes et projets communautaires en exécution au Sénégal pour 54,3 milliards FCFA (81,2 millions d’euros) de financement communautaire .

Cette somme, souligne-t-il, a porté sur 9,7 milliards de FCFA (14,7 millions d’euros) au titre de l’agriculture, de l’environnement et de l’eau. Cette enveloppe a également touché le secteur de l’énergie (34,5 milliards de FCFA), l’aménagement du territoire communautaire et des transports (10,01 milliards de FCFA).

À LIRE  Le Prix AllAfrica Leadership Féminin 2019 décerné à Cinq Femmes Africaines

La revue du portefeuille a révélé un taux moyen d’exécution technique de 70,4% en 2017 contre 64,3% en 2018 pour leur mise en œuvre. Le taux d’avancement technique dans le domaine de l’agriculture, de l’environnement, de l’eau et de l’énergie, se chiffre respectivement à 59,2% et 74,9%.

Pour sa part le secteur de l’aménagement du territoire communautaire et des transports présente un taux de réformes de 77,3%.

Le responsable a souligné par ailleurs que « des progrès ont certes été enregistrés, toutefois des difficultés subsistent, et appellent, le Sénégal a une forte impulsion politique pour la bonne exécution des réformes et projets communautaires en vue d’engranger les gains de l’intégration régionale ».