APS- Des représentants d’une cinquantaine de pays
participeront au 20ème congrès de l’association des sociétés
nationales de l’électricité d’Afrique (ASEA) prévu du 19 au 24 juin
prochain à Dakar, pour partager et capitaliser leur expérience dans ce
secteur, a annoncé, jeudi, le coordonnateur du comité d’organisation,
Moustaph Baïdy Bâ.

« Une cinquantaine de pays participeront au 20ème congrès de l’ASEA
pour partager et capitaliser leurs expériences dans le secteur
d’électricité (…) », a-t-il dit lors de la cérémonie du lancement
officiel du 20ème congrès de l’ASEA.

Prévue dans la capitale sénégalaise, cette rencontre portera sur le
thème : « La nécessité de service public et la performance des sociétés
africaines d’électricité ».

Lors des assises de l’ASEA à Dakar, a expliqué M. Bâ, « il sera
question de débattre sur plusieurs thématiques dans l’optique de
partager des expériences des projets réalisés dans différents pays
africains ».

« Nous avons lancé le congrès pour donner l’information sur son
organisation afin que toutes les énergies se mobilisent ensemble pour
sa réussite », a-t-il ajouté.

« Nous nous réunissons pour le lancement officiel du congrès et de son
site Web qui nous permettra de promouvoir l’événement sur le plan
national et international tout en donnant une visibilité aux activités
et les perspectives pour les prochaines décennies », a pour sa part
indiqué, le directeur général de la Société nationale de l’électricité
du Sénégal (SENELEC), Papa Mademba Bitèye.

Il a assuré qu’à six mois du congrès, le comité poursuit le travail
entamé afin de le couronner de succès, dans son organisation et dans
le nouvel élan qu’il va imprimer au secteur de l’énergie électrique en
Afrique.

À LIRE  Finance pifd : Adhésion du Sénégal à la Plateforme internationale sur la finance durable

« Le congrès a pour objectif de promouvoir le développement et
l’intégration du secteur électrique africain par l’interconnexion des
réseaux électriques, l’échange d’expériences et de savoir-faire »,
indique un document remis à des journalistes.

« Il s’agira aussi, selon la même source, de fédérer les sociétés
africaines d’électricité et les parties prenantes en vue de rendre
l’énergie électrique plus accessible, abordable et fiable pour les
populations africaines. »

« Il sera également question d’œuvrer comme une Institution de
développement travaillant en étroite collaboration avec l’ASEA sur les
projets électriques et d’asseoir un réseau électrique africain
interconnecté pouvant permettre la circulation de l’électricité ».