Gorée Diaspora Festival rouvre ses portes du 22 au 24 novembre prochain. Axée sur le thème « L’île de Gorée, une histoire, une mémoire plurielle : de l’impératif d’une vision partagée », la 9ème édition du festival qui va se dérouler à l’île de Gorée, a comme pays invité d’honneur, le Cuba. Elle sera également l’occasion de rendre un hommage au défunt musicien, Ndiouga Dieng, au conservateur de la Maison des esclaves, Feu Boubacar Joseph Ndiaye et au capitaine Mbaye Diagne qui a perdu sa vie au cours du génocide rwandais. Face à la presse hier, lundi 4 novembre, le président de Gorée Diaspora Festival, Me Augustin Senghor, est revenu sur l’objectif du festival.

L’île de Gorée est une terre de rencontre qui réconcilie le continent africain et sa diaspora. Mais de par son histoire et sa position géographique, elle a toujours joué un rôle de carrefour universel. Déjà en 1966, à l’occasion du 1er festival mondial des arts nègres au Sénégal, Gorée a occupé une place centrale en tant que terre d’expression de la richesse et de la diversité culturelle.

Gorée doit aujourd’hui sa renommée internationale à sa vocation de site mémoire de la traite négrière symbolisée par la Maison des Esclave avec la Porte du Voyage Sans Retour.

Présente à la conférence de presse, l’ambassadeur de Cuba au Sénégal, Saylín Sánchez Portero, s’est réjouie du choix porté sur son pays comme invité d’honneur. « On a des racines partagées et c’est pour ça que ce festival est non seulement important pour Gorée et l’Afrique mais pour nous aussi car il a une dimension transcendante pour l’histoire de l’humanité », a fait savoir l’ambassadeur. Selon elle, Gorée Diaspora Festival va permettre de renforcer les relations entre le Sénégal et Cuba surtout que 2019 coïncide avec le 45ème anniversaire de la signature des accords diplomatiques entre les deux pays.

À LIRE  AIR SÉNÉGAL RELIE DÉSORMAIS DAKAR À MARSEILLE ET BARCELONE

«Nuit blanche» le 23, Gorée ne va pas dormir
Selon le maire de la ville:
«Personne ne dormira ce jour-là à Gorée. La soirée Noche Blanca consistera à animer l’île en lumières et en musique. Les restaurants seront ouverts. Ce sera l’élément-clef du festival. Ça se fait dans certains pays comme le Portugal» il ajoute que ce sera une occasion «d’aller au cœur de Gorée», le tout assaisonné d’un «dimanche de khawaré».
Le sport aura aussi une place importante avec la randonnée du patrimoine qui permettra de découvrir les coins et recoins de Gorée dont la seule connaissance pour certains se limite à la Maison des esclaves. Côté culturel, la présence l’ambassadeur de Cuba au Sénégal, dont son pays est l’invité d’honneur, augure d’une soirée très cubaine.

Le budget du festival est estimé à 40 millions de F Cfa. Et si Gorée Diaspora Festival a su se tenir depuis son début, c’est parce que, dit Me Augustin Senghor, « la commune, les associations et les populations en ont fait leur affaire et nous avons toujours essayé de proposer un contenu qui puisse intéresser les partenaires habituels ».

En plus des Goréens de la diaspora, il est attendu des délégations venant du Rwanda, des Etats-Unis, de la Guadeloupe qui vont faire des prestations artistiques. A l’occasion, une signature de jumelage entre Gorée et Brooklyn sera faite. Au programme du festival, il est prévu une projection de film de Joseph Ramaka Gaï, un symposium sur le thème général. Pour cette année, l’innovation majeure du festival est la Noche Blanca, une nuit blanche accompagnée de musiques cubaines. Il y’aura également la finale de la coupe du maire édition 2019, un carnaval de clôture, entre autres activités. Sans oublier la mise en place du village du festival où vont se tenir les expositions.

À LIRE  LANCEMENT D’UNE RÉSIDENCE DE CRÉATION CINÉMATOGRAPHIQUE À DAKAR